Exposition : Le Succès des peintres italiens à Paris

Le Succès des peintres italiens à Paris au temps de l'impressionnisme

Autour de l'exposition : le jeudi 17 septembre, 19 h 00

Profitant de l’exposition d’un pastel du peintre Federico Zandomeneghi, réalisé vers 1880 d'après l'œuvre de Claude Monet La Berge du Petit-Gennevilliers (1874), à l’espace culturel Gingko’Art, nous évoquerons cet artiste peintre vénitien, arrivé à Paris cette même année. Il rejoindra le cercle des impressionnistes dont le style est assez similaire au sien et deviendra un grand ami d’Edgar Degas.

Pierre Gauthier, directeur de la galerie, dialoguera avec Pascal Bertin, directeur du Festival, comme une conversation entre les arts graphiques et la musique autour du thème des influences italiennes.

Les Macchiaioli 
Le mouvement pictural des Macchiaioli s’est développé à Florence puis en Toscane au milieu du  siècle et regroupe des peintres originaires de l'ensemble de l'Italie. Ces artistes sont considérés comme les initiateurs de la peinture moderne italienne.

Le terme est inventé en 1862 par un critique anonyme de la Gazzetta del Popolo qui qualifiait ainsi, dans un sens péjoratif, ces peintres (littéralement les « tachistes », de l’italien macchia, en français « tache ») qui s'opposent à l'académisme. À l’origine, ce mouvement, aux alentours de 1855, marque un renouveau réaliste de la peinture italienne et est profondément lié au Risorgimento.

Le mouvement se propose de renouveler la culture picturale nationale, il est ainsi lié à la transformation politique de l'Italie, pays qui va être unifié en 1861. La poétique des Macchiaioli se développe en opposition au romantisme, au néoclassicisme et aux académismes, c'est un nouvel idéal qui puise son inspiration dans la vie quotidienne, la réalité du monde, et qui se distingue du purisme italien.

Elle affirme que l’image de ce qui est doit naître d'un contraste entre les taches de couleurs et le clair-obscur, obtenu au départ via la technique du miroir noir, c’est-à-dire par l’utilisation d’un miroir noirci permettant au peintre de rehausser sa perception des contrastes de clair-obscur à traduire dans le tableau, technique d'ailleurs déjà utilisée par les peintres depuis le siècle. Ces artistes prônent une « observation scrupuleuse et exacte des formes infinies et des caractères du monde contemporain », recherches picturales qui se placent exactement entre le courant réaliste et les travaux des futurs impressionnistes. Les Macchiaioli accordent une importance prépondérante au paysage et à la pratique en plein air, bien qu'ils aient aussi exécutés des œuvres représentant des scènes de la vie quotidienne ou de l'histoire contemporaine de l'Italie. La peinture contrastée qu'ils développent ainsi crée un style puissant, qualifié alors de « puriste » par les artistes eux-mêmes. Les premiers tableaux se caractérisent par l'utilisation de formats inhabituels, non conventionnels, convoquant la petite taille, voire la miniature, traitant par exemple le paysage ou des scènes de genre dans des compositions panoramiques très originales.

Du 10 septembre au 10 octobre 2020
Espace culturel Gingko’Art
2 place de l’Hôtel de Ville, Pontoise

 

Bureaux administratifs :
Maison des arts
2 rue des Pâtis
95300 PONTOISE

01 34 35 18 71
Plan d'accès

Pour recevoir nos actualités, inscrivez-vous à notre Lettre d'information.
Vos coordonnées ne seront jamais transmises à des tiers.
Please wait
© 2020 Festival Baroque de Pontoise. Tous droits réservés.