Thématique 2021/2022

Mensonges

affiche fbp 21 22

Le festival conserve son principe de programmation autour de thèmes sociétaux inspirés par des anniversaires de compositeurs. En 2021-22 ils sont variés et trouver un lien entre eux n’était pas si simple :

- Josquin Desprez : 500e anniversaire de sa mort.

- Tomaso Albinoni : 350e anniversaire de sa naissance

- Camille Saint-Saëns : 100e anniversaire de sa mort.

Josquin était si célèbre au XVIe siècle qu’un nombre important de pièces anonymes ont été faussement signées de son nom pour s’assurer un succès facile.

Albinoni est mondialement connu d’un public bien plus large que celui des amateurs de musique ancienne pour une pièce, le célèbre « adagio » … dont il n’est pas l’auteur !

Saint-Saëns, D'Indy et Bordes entreprennent l'édition d'une intégrale Rameau en 1895. On pense souvent que le renouveau de la musique ancienne date des années 60 grâce à Leonhardt, Harnoncourt ou Malgoire, mais c’est vite oublier qu’à la fin du XIXe et au début du XXe siècle des sociétés de passionnés existaient déjà. 

Nous tenons donc notre thème, nous traiterons de la vérité, des mensonges et des petits arrangements de l’histoire. Des choses que l’on croit vraies alors qu’elles font plutôt parties de ce que l’on appelle les légendes urbaines. 

En dehors de la musique, la crise sanitaire et sociale que nous traversons depuis mars a montré le combat permanent entre vérité, croyances, fake news et informations officielles, le tout exacerbé par l’omniprésence des réseaux sociaux. Des fake news des élections américaines aux tergiversations médicales « Mensonges » aura été un des mots les plus prononcés de 2020, nous en ferons un sujet artistique en 2021.

Nous parlerons des erreurs ou des canulars de musicologues, des transcriptions, réorchestrations, mais également de ce qui nous tient à cœur : Le grand mensonge de l’imperméabilité des genres et des styles, on retrouvera les croisements culturels et temporels, artistiques et sociétaux qui deviennent l’identité même du festival.

Nous ouvrirons donc cette édition avec Les Arts Florissants pour des madrigaux de Monteverdi que le maître de la rhétorique italienne a fait mentir en leur offrant un texte religieux à la fin de sa vie.

Nous présenterons des œuvres de Josquin Desprez dans un programme mixte qui mettra en regard ce qu’on lui a attribué et ce qu’il a vraiment écrit. Par l’ensemble Clément Janequin (Dominique Visse).

Nous ferons découvrir au public français la perle mondiale du piano jazz Leszek Możdżer, accompagné par Holland Baroque (orchestre sur instruments anciens). Ce concert marquera un nouveau partenariat avec le théâtre Paul Éluard de Bezons.

Le jeune public sera sensibilisé à la musique de Jean-Sébastien Bach à travers le prisme de sa légende familiale « Papa Bach ! » par l’ensemble émergent Artifices. Les enfants et les familles pourront également profiter du report du spectacle « Galileo Galilei » par l’ensemble Tictactus dont le sujet qui questionne les vérités scientifiques et religieuses conviendra parfaitement à notre thème. Et « Tapanak » par Canticum Novum mêlera musiques et vidéos pour nous plonger dans les cultures de la Méditerranée.

Pour rester avec J.S. Bach, nous programmerons avec Points Communs le nouveau spectacle de Mal Pelo (exceptionnel ensemble de danse contemporaine) « Highlands » sur la musique de Bach, jouée par le plus grand spécialiste espagnol du violon baroque d’aujourd’hui : Joël Bardolet. Nous aurons l’honneur de les accueillir juste après la création au Théâtre de la Ville.

Le jazz fera son entrée au festival avec « Bach Mirror » par le duo Thomas Enhco et Vassilena Serafimova, inspiré par la musique du cantor, en partenariat avec le festival Jazz au Fil de l’Oise.

Le château de Montgeroult résonnera du son du pianoforte de Daria Fadeeva en duo avec Raphaël Moraly, tous deux professeurs au Conservatoire à rayonnement régional de Cergy-Pontoise.

Une perle d’élégance, de finesse et de décloisonnement à découvrir avant tout le monde sera programmée : Agathe Peyrat (soprano lyrique) et Pierre Cussac (accordéon classique).

Avec La Tempête de Simon Pierre Bestion, nous tisserons des liens entre Bach, Górecki et Adams au Figuier blanc à Argenteuil.

Des Chanteurs d’Oiseaux, en dialogue avec les flûtes de Pierre Hamon, nous questionneront sur l’art de l’imitation de la nature dans la musique classique.

« The Queen’s Delight » par Les Musiciens de Saint-Julien rétablira la vérité sur les racines populaires de la musique baroque britannique.

Hugo Reyne et les élèves du Conservatoire de Paris illustreront musicalement les batailles et les bruits de guerre. 

Nous explorerons « La Légende noire », le parcours criminel et musical de Gesualdo par La Guilde des Mercenaires.

Mozart a-t-il vraiment transcrit de mémoire le Miserere d’Allegri après l’avoir entendu à la Chapelle Sixtine ? Nous découvrirons grâce au Poème Harmonique (Vincent Dumestre) les différences entre ce qui est imprimé sur une partition et ce que l’on pouvait entendre au XVIIe siècle.

Sans oublier deux propositions venant battre en brèche la croyance que le renouveau de la musique ancienne date des années soixante : Les Dominos (Florence Malgoire) vous feront entendre la réorchestration des pièces de clavecin en concert de Rameau par Camille Saint-Saëns et Olivier Baumont vous fera voyager à travers les références musicales baroques dans la littérature de Marcel Proust.

La seule chose qui ne sera pas un mensonge lors de cette édition sera la qualité de nos propositions artistiques, c’est l’engagement de votre festival.

  • 01-pref_region_ile_de_france.png
  • 02-val-d-oise.png
  • 03-Cergy_Pontoise_Agglo.png
  • 04-ville-pontoise.png
  • 05-ile-de-france.png
  • 08-france-musique.png

Bureaux administratifs : .
Maison des arts
2 rue des Pâtis
95300 PONTOISE

01 34 35 18 71
Plan d'accès

Télécharger la brochure 2021/2022

 

Pour recevoir nos actualités, inscrivez-vous à notre Lettre d'information.
Vos coordonnées ne seront jamais transmises à des tiers.
Please wait
© 2021 Festival Baroque de Pontoise. Tous droits réservés.