Le mot du directeur artistique

MIGRAZIONE
Des Italiens hors d'Italie

 

Pascal.Bertin edito

C’est la fin de l’été, nous avons remis nos jupes et pantalons, enfilé nos escarpins ou nos bottes. Quittant notre villégiature par le chemin de fer pour éviter un trafic dantesque sous ce soleil assassin, nous rêvons déjà de kiosques ombragés en septembre, abritant concerts, artistes, divas, ténors et castrats, d’églises résonnant de cantates, de fugues, de sonates et d’arpèges bizarres, de théâtres ouatés où des solistes d’opéras en perruque, le trémolo dans la voix, redoutent la disgrâce d’une cadence peu virtuose.

Mais que cache donc cette phrase un peu maladroite ? 

Elle est essentiellement composée de mots directement issus de l’italien. Nous aurions pu évidemment y glisser pizza, pâtes, café, ou même violon mais l’effet aurait été moins saisissant. L’influence de l’Italie est omniprésente en France, elle l’est tout autant dans le reste de l’Europe.

En 2020, nous célébrerons quelques anniversaires importants, Caldara et Bononcini (350e), Rossi (450e), Beethoven et Tartini (250e). On y trouve justement beaucoup d’Italiens qui ont fait rayonner leur art dans toutes les cours européennes. Comment ce pays, qui a littéralement colonisé culturellement toute l'Europe aux XVIIe et XVIIIe siècles, peut-il redouter aujourd'hui l'apport d'autres cultures, et plus précisément celles du Sud ?

Musique, danse, littérature, tous les champs de la création nous seront ouverts pour inciter chacun à réfléchir sur la mobilité des arts, des personnes et la richesse des métissages qui ont fait l'identité culturelle de la France, l'Espagne, l'Angleterre, l'Autriche ou l'Allemagne. Qu’est-ce qu’une identité culturelle ? Pourquoi l’appropriation s’accompagne si souvent de l’oubli des origines ? 

Cette pizza si représentative de l’Italie qu’elle est inscrite au patrimoine immatériel de l’Unesco n’est-elle pas elle-même l’héritière de la pita de la Grèce antique ? La pasta, primo piatto de la majorité des repas de famille, n’a-t-elle rien à voir avec les plus anciennes pâtes chinoises ? Le café est-il vraiment né au Caffè Florian à Venise ou beaucoup plus tôt, dans les plaines d’Éthiopie ? Et ce violon qui nous séduit dans tant de concerts du festival, n’a-t-il pas existé sous des formes plus rustiques dans la musique arabo-andalouse avant de devenir le joyau des luthiers de Crémone ? 

Il est temps de comprendre que l’on n’invente rien et que l’on est propriétaire de rien, les idées, les œuvres et les langues naviguent et s’enrichissent au contact des autres. 

Pour finir, nos villes sont à présent peuplées de masques et nous suivrons l’exemple des précurseurs Scaramouche, Arlequin ou Colombine en restant très attentifs à l’évolution des règles sanitaires tout au long de la saison. Le Festival protègera ses artistes et ses équipes pour mieux vous protéger.

A presto !

Pascal Bertin, directeur artistique

Bureaux administratifs :
Maison des arts
2 rue des Pâtis
95300 PONTOISE

01 34 35 18 71
Plan d'accès

Télécharger la brochure 2020/2021

Pour recevoir nos actualités, inscrivez-vous à notre Lettre d'information.
Vos coordonnées ne seront jamais transmises à des tiers.
Please wait
© 2020 Festival Baroque de Pontoise. Tous droits réservés.