Le mot du directeur artistique

Mensonges

 

Pascal.Bertin edito

Préparant ses valises pour un repos estival bien mérité, Apaté songeait aux livres qu’elle allait emporter. Passionnée de sciences, elle hésitait entre une histoire des mathématiques depuis les théorèmes de Pythagore et de Thalès, et une biographie de Galilée, condamné à mort par l’église pour avoir osé dire que la terre était ronde. Cette idée révulsait cette voltairienne convaincue qui faisait sienne la phrase du philosophe : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire ».

Sélectionnant quelques disques pour le voyage, elle repensa soudain à cette messe de Noël de son enfance, où célébrant la naissance de Jésus elle avait entendu l’Adagio d’Albinoni pour la première fois. Rentrée à la maison, la petite famille avait mangé des épinards pleins de fer pour affronter l’hiver comme disait son père, et quelques brioches au dessert, sa mère avait prononcé en riant la célèbre phrase de Marie-Antoinette lancée au peuple qui n’avait plus de pain. Elle se souvint aussi que le généreux Père Noël lui avait apporté la petite chronique d’Anna Magdalena Bach qui racontait le quotidien du Cantor avec ses enfants. 

Souhaitons à Apaté de belles vacances mais avouons-le, pas un mot de cette scène n’est vrai, toutes ces assertions sur lesquelles on ne se pose plus de questions ne sont que légendes urbaines.

En 2021-22, nous fêterons le 500e anniversaire de Josquin Desprez dont quelques dizaines de pièces signées de sa main n’en sont pas. Le 350e anniversaire de Tomaso Albinoni, mondialement connu pour un Adagio qu’il n’a pas écrit. Le 100e anniversaire de Camille Saint-Saëns, fanatique de Rameau qui fait mentir ceux qui pensent que le renouveau baroque date des années 60.

En dehors de la musique, la crise sanitaire que nous traversons aura montré le combat permanent entre vérité, croyances, complotismes et informations officielles, le tout exacerbé par l’omniprésence des réseaux sociaux. Des fake news des élections américaines aux tergiversations médicales, « Mensonges » aura été un des mots les plus prononcés de 2020, nous en ferons notre thème en 2021.

Nous parlerons des erreurs ou des canulars de musicologues, des transcriptions, réorchestrations, mais également de ce qui nous tient à cœur : le grand mensonge de l’imperméabilité des genres, des styles et des disciplines. On retrouvera tous les croisements culturels et temporels, artistiques et sociétaux qui deviennent l’identité même du festival.

Prenez plaisir et soyez curieux, la vérité se cache dans la qualité de nos propositions.

Pascal Bertin, directeur artistique

 

*Apaté : déesse grecque de la duperie de la tromperie et de la fraude

Bureaux administratifs :
Maison des arts
2 rue des Pâtis
95300 PONTOISE

01 34 35 18 71
Plan d'accès

Pour recevoir nos actualités, inscrivez-vous à notre Lettre d'information.
Vos coordonnées ne seront jamais transmises à des tiers.
Please wait
© 2021 Festival Baroque de Pontoise. Tous droits réservés.